• Home
  • Détails produits

Pintade locale


Prix: 6000 cfa 7000cfa

Disponibilité: En stock

Pintade locale Poids: 1,3 kg.

1/ Les volailles sont l’une de viandes les plus consommées pendant les évènements festifs. Le mot englobe l’ensemble des oiseaux de basse-cour qui font l’objet de l’aviculture et cet aliment familier est facile à cuisiner.

2/ Dinde fourrée aux marrons, chapon, magrets de canard, pintade, poulet… les repas festifs de fin d’année comportent traditionnellement les volailles, mais c’est toute l’année que ces animaux font partie de notre alimentation et contribuent à notre équilibre nutritionnel. Une volaille est un oiseau domestique, appartenant à la famille des gallinacés ou des palmipèdes, élevée pour sa chair et ses œufs, soit en basse-cour soit en élevage industriel. Les volailles les plus courantes sont la poule et le poulet, élevés pour leur chair, on vend aussi de petits poulets sous le nom de coquelets et les œufs de poule sont de loin les plus courants dans l’alimentation humaine. Quant au chapon, c’est un poulet castré spécialement élevé pour sa plus grande tendreté, sa masse est plus importante que celle du poulet normal ; son analogue femelle est la poularde, petite poule dont on a enlevé les ovaires. Viennent ensuite la dinde, l’oie, le canard, la pintade ; on élève aussi la caille, le pigeon et le faisan pour leur chair et parfois leurs œufs.

3/ Économiser les calories

Les volailles sont plutôt maigres et peu caloriques : pour 100 g, le poulet apporte 161 kcal, la dinde 150 kcal, le canard 188 kcal, la pintade 150 kcal et l’oie 273 kcal. La viande de volaille est moins calorique que la viande rouge et équivalente à certains poissons par sa faible teneur en lipides.

4/  Savourer et se faire du bien !

 

La volaille apporte une quantité intéressante de vitamines, dont celles du groupe B qui participent au développement et au maintien des fonctions cérébrales. Elle fournit aussi du fer qui est facilement assimilable par l’organisme, du zinc, un puissant antioxydant qui intervient dans le système immunitaire, et du phosphore. Elle est riche en protéines (de 25 à 30 g pour 100 g) de bonne valeur biologique.

5/ Limiter le mauvais gras

 

Les lipides sont constitués principalement d’acides gras insaturés assimilés à de bonnes graisses. Les acides gras saturés, qui en excès favorisent les maladies cardiovasculaires et l’augmentation du mauvais cholestérol, représentent dans la volaille en moyenne 35 %, contre 40 % pour une viande de boucherie. Bien sûr, ces apports dépendent de la volaille et du morceau choisi. La volaille la moins riche en lipides est la dinde avec 2,5 % et la plus riche est l’oie avec 17,5 %, le poulet en contient 4 %. La graisse est essentiellement concentrée dans la peau qui concentre aussi le cholestérol (teneur moyenne 75 mg/100 g), alors, même si vous en raffolez n’en abusez pas. Une fois la peau enlevée, la volaille est une viande permettant d’associer plaisir de la table et équilibre nutritionnel.

OurStore Review by OurStore

OurStore(Posted on 20/09/2017)

You're reviewing: Proin lectus ipsum

How do you rate this product? *